J’avais besoin de rediger votre livre leger, genre qui mange aucune pain.

Share Button

J’avais besoin de rediger votre livre leger, genre qui mange aucune pain.

et j’ai pris beaucoup de plaisir a le faire. les personnages sont attachants et ma protagoniste n’a rien a voir avec moi, et cela me plait i  nouveau plus. aussi, voila, juste pour le fun. Bonne lecture !

Vous avez commande une pizza ? Virginia Lopez Penalver

La a d’entree s’ouvre sur un homme grand, jeune, la trentaine, une serviette nouee autour d’une taille musclee et d’hanches minces, des jambes musclees et bien galbees et un torse bien decouple et finement muscle. Il me regarde de haut en bas comme je viens de le faire, fait la moue et se retourne pour entrer dans l’appartement.

Je le suis, un peu perplexe. Il se tient dans une sorte d’alcove avec un grand fauteuil qui peut faire office de lit. Je demeure concernant le aucune la porte. Cela demeure debout me regardant. Cela laisse tomber sa serviette et…

Bien membre, c’est encore court a cote de ca. Et en erection, c’est…

C’est tres flatteur, mais vous en avez deja vu De surcroi®t grandes, j’en me sens certain !

Euh, pas vraiment ! Faire mes trois ex-petits amis en avaient des plus… petites.

vraisemblablement, mais ca ne doit gui?re etre la situation des autres hommes que vous rencontrez.

Je repasse dans ma tete les hommes du entourage, c’est-a-dire les collegues de boulot, mes chefs de services et autres. Beurk ! J’ai aucune besoin de savoir cette categorie de choses, ni de voir d’ailleurs.

Ben, nous n’avons jamais ce type de rapport et aucune envie d’ailleurs !

L’homme me regarde fixement, le doute marquant ses traits.

Ben… heu, en fait, je suis ce voisine d’en-haut. Il y avait une commande de pizzas pour vous et le livreur avait l’air presse, alors je lui ai dit que je me chargerais de vous remettre les pizzas, mais comme je ne savais gui?re si vous etiez la, enfin le webmaster qui avait commande ces pizzas, j’ai decide de venir voir. Donc, comme vous etes la, je remonte et je vous les apporte. Je rentre !

L’homme a un air legerement ahuri, mais pas suffisamment pour ne point remettre calmement le essuie autour de l’ensemble de ses hanches ainsi que me fixer du regard. Je rougis, tourne les talons et file avant de me sentir bien plus genee. Je grimpe des marches jusqu’a mon immeuble au sein d’ lequel j’entre tel une balle, prend les boites et redescend aussi sec avec elles. Je sonne. L’homme ouvre J’ai porte avec une petite robe pendant dans ses hanches etroites et Notre mine imperturbable.

Voila vos pizzas. J’ai donne un pourboire. Cela parait que c’etait deja regle.

Je lui tends les boites, il les prend bien en continuant a me fixer du regard.

Voila ! Mission accomplie ! Je vous laisse a votre soiree.

Je tourne nos talons, mais je ne vais jamais loin, il retient le bras. Je regarde par-dessus mon epaule en le considerant avec perplexite.

Attendez ! Je ne vous ai pas encore remercie de votre obligeance.

Pas la peine ! Entre coloc’, c’est normal de s’entraider. Bonne fi?te i  nouveau !

J’me detache de sa prise doucement, fera des pas qui me permettront d’arriver au couloir et referme sa porte avec velocite, dans la situation ou il voudrait me retenir bien une fois. Je est dans le couloir obscur durant deux-trois secondes en soufflant fortement. Je monte les marches le regard fermes, un exercice que j’ai fait maintes fois dans la situation ou il y aurait une panne d’electricite de secteur. Je n’ai jamais apprecie l’obscurite, aussi je me suis exerce a circuler au noir Afin de contrer cette phobie ou cette peur. Je ne sais gui?re comment la nommer. J’entre dans le appartement, girlsdateforfree en ligne faiblement eclaire. Bergamote, mon chat de gouttiere me caresse nos chevilles en passant contre elles, sa facon de m’exprimer son soulagement de me voir de renvoi. J’me demande qui il attendait comme ceci ? Tout de meme… qu’est-ce que ca devra etre d’avoir votre tel membre dans son sexe ?

Cet ascenseur, quelle plaie. Lent pour arriver, lent concernant monter, Afin de descendre, pour ouvrir ses portes, pour aller d’un etage a l’autre. Pire que ceux d’un hopital, petite musique de cabine similaire. Un grand pensum ! Et voila, il s’arrete a l’etage en-dessous. Genial ! Avec ca, je ne suis nullement rendue, c’est entendu ! Les portes s’ouvrent avec sa lenteur habituelle et mon voisin entre. Mon voisin des pizzas. Je reste paralysee, alors qu’il me salue brievement d’une tronche. Je me rencogne dans un coin d’un espace jamais si grand que i§a, 5 individus peuvent s’y entasser serres/colles, mais gui?re plus. Cela croise ses chevilles en se tenant a la paroi et je regarde fixement le sol en jetant de discrets regards i  propos des jambes et un brin plus haut. Il decroise les chevilles et j’ai l’impression qu’il balance ses hanches vers moi. Je rougis derechef en baissant la tete precipitamment. J’ai honte totale ! Il va i?tre peut-etre temps d’avoir votre rendez-vous sensuel si j’en crois ma libido voyeuriste. Un pling me dit qu’on est arrive au rez-de-chaussee.

Bonne journee, voisine !

Oui, oui, evidemment ! A vous aussi.

Il sourit avec 1 petit rictus sarcastique au coin des levres. Il chausse une paire de lunettes de soleil et sort d’un pas choisi, mais maitrise.

J’arrive en frequent au turbin. Nicolette, la receptionniste tapote le cadran de sa montre de poignet avec un haussement de sourcils significatifs. Je fais « oui, oui », bien en passant en courant au large couloir concernant entrer precipitamment dans un des six ascenseurs qui est deja a moitie plein. Je souris a la ronde, tout en me collant au fond une cabine, essayant de passer inapercue. Je souffle discretement en esperant que l’ascenseur ne fera jamais trop de haltes, histoire de ne pas augmenter mon temps libre de retard. Deux minutes plus tard, je me faufile entre la huitaine de gens qui m’entourent. Je pose le top dans le couloir moquette qui mene a mon bureau. Jusqu’a present, je ne croise personne et j’espere pouvoir me faufiler dans mon bureau. Ma collegue Monique m’a surement couvert les arrieres, comme d’habitude. Je lui compenserai son aide. J’ai 2 places Afin de un groupe de musique qu’elle adore. Ca pourrait le Realiser ! Plus que trois metres et… Prescard, le chef de service, un quinquagenaire en bonne forme, moitie chauve, fort bien habille, puis moche qu’un pou et aussi sournois qu’une teigne.

Mademoiselle Vigne ? Vous avez dix-neuf minutes de retard ! Cela sera note dans votre dossier. Cela fait la quinzieme retard depuis 5 mois, autrement devoile, depuis mi-janvier.

Image BEST OF PARIS
Download PDF (low res) here
Order a print copy - here
Expatriates in Paris Live Streams - every day at 9pm - see the schedule here

Download your winner badge (Right click and save as .png)

About Wendy Smith 4589 Articles
Residing in France since 2011, Wendy Smith is Australian with a passion for photography. Having exhibited in Australia, Paris and New York, she has received numerous awards, including the International Photography Awards and Better Photography Magazine Awards. During her time in France, she has also developed a passion for writing, which she expresses through her multifaceted blog and is a regular contributor to Expatriates Magazine. Wendy is a practicing psychologist, corporate well-being consultant and advocate of positive psychology. A highly trained counselling psychologist and coach she qualified as a psychologist in Australia and now practices in France. In addition to one-on-one sessions, Wendy also runs workshops for women and corporate well-being seminars and workshops. See more: www.wendysmith.eu